Wednesday, 26 February 2020

Concurrence et profit versus service de qualité.

La BCEE (Spuerkeess) a annoncé récemment la fermeture de 11 agences dès le 27 mars 2020. C’est un nouveau coup dur pour les usagers et les employé(e)s de cette banque qui appartient à 100% à l’Etat, en quelque sorte donc à l’ensemble de la population.

Avec cette restructuration, la BCEE passera de 65 à 54 agences dans le pays. Rappelons dans ce contexte, qu’en décembre 2016, la Spuerkeess  avait déjà annoncé la fermeture de sept de ses agences à travers le pays courant 2017.

« L’évolution démographique et économique, ainsi que les changements dans les habitudes et besoins des clients nécessitent une adaptation périodique de la répartition géographique des agences (…). », expliquait à l’époque, le ministre des Finances, qui entend  « expliciter la stratégie commerciale de la BCEE, qui est un établissement public autonome».

Le même langage utilisé par la direction de la Spuerkeess en 2020!

déi Lénk Péiteng condamne ces fermetures qui privent beaucoup d’usagers d’un service de proximité essentiel. En plus, au vue de la forme financière, rien ne justifie la décision de la direction de la BCEE. L’extension urbaine, la croissance de la population, les impératifs écologiques réclament davantage de services de proximité, plutôt que leur liquidation.»

D’après les informations fournis par la BCEE, l’agence de Rodange sera fusionnée avec celle de Pétange. Et ceci suite à  la rénovation et la modernisation de l’agence de Pétange. Faut-il rappeler que lors de la rénovation de l’agence BCEE de Rodange, les responsables de la Spuerkeess  ont omis de réaliser un accès sans barrière pour les personnes à mobilité réduite.

déi Lénk Péiteng réclame le maintien de l’agence de Rodange et l’adaptation de celle-ci aux besoins des usagers et des personnes à mobilité réduite. Dans ce même contexte, déi Lénk Péiteng exige qu’une rénovation de l’agence de Pétange se fasse dans les meilleurs délais et adaptés aux besoins de nos concitoyens à mobilité réduite.

Soyons clair, la liquidation des 11 filiales de la Spuerkeess, dont celle de Rodange, ne se fait  pas au nom de la modernité et du changement des habitudes et des besoins des usagers, comme le prétend la direction de la banque, mais bien au nom du profit à tout prix et du laisser-faire par l’Etat.

déi Lénk Péiteng s’étonne que les responsables communaux  n’ont jusqu’à ce jour pas réagi de façon approprié à l’annonce de la direction de la BCEE.

Les autres sections

Photos

no images were found